Depuis 2018, le Centre de Développement Pédagogique (CDP) propose aux maîtres de conférences nouvellement nommés un dispositif pour accompagner leur développement pédagogique à travers un parcours individualisé. En parallèle, un dispositif de parrainage a été créé et mis en œuvre par des Nouveaux Maîtres de Conférence (NvMCF) sous la forme d’un collectif.

Objectif : Proposer un soutien de proximité à la vie quotidienne dès les premières semaines en tant que nouvel arrivant à l’Université, ainsi que des retours d’expériences pour agir dès son arrivée.

La parole est donnée aux coordinateurs du dispositif de parrainage Céline DUC-LAMBRECHT  et Nicolas BAUDIN pour nous expliquer en quoi consiste ce collectif et savoir ce qu’il propose.

Pouvez-vous nous expliquer l’origine de cette initiative ?

Céline : Les Maîtres de Conférences recrutés en 2018 ont suivi un séminaire pédagogique de deux jours au Bono. Lors de la réalisation du « Speed Boat », l’idée du parrainage a émergé. Suite à ce séminaire, j’ai contacté les participants et avec ceux qui étaient intéressés, nous avons créé un collectif et dessiné les contours du dispositif de parrainage. Nous avons sollicité le CDP à la fin de la création du parrainage pour mener à bien la création et le lancement du dispositif. Cette initiative est donc le fruit d’une co-construction entre MCFs recrutés en 2018. Elle a pour but de maintenir la dynamique de groupe qui avait émergé et de faire partager nos expériences avec les nouveaux MCFs.

Nicolas : Je ne suis pas à l’origine de l’initiative mais je l’ai rejointe pour plusieurs raisons, la première étant de rassembler des personnes de différents laboratoires et départements. En effet, une partie des nouveaux(elles) maitres(ses) de conférence ne vient pas de Nantes et ce dispositif permet de rencontrer rapidement d’autres gens que ceux du laboratoire et département d’affectation. De plus, interagir avec des NvMCF d’autres domaines permet de se rendre compte des différences de fonctionnement qu’il y a au sein de l’université et de s’enrichir d’autres points de vue. Le collectif permet également de répondre à des questions ou inquiétudes, que ce soit dès l’annonce de l’affectation ou plus tard dans l’année qui suit. Il est vrai que, pour certains, l’accueil par les collègues est suffisant pour répondre à ces questions, mais ce n’est pas le cas partout. Il est parfois aussi possible de répondre à des questions sur des changements récents, auxquelles des collègues « plus anciens » n’ont pas la réponse. En résumé, l’accueil des NvMCF sur Nantes et l’aide à comprendre les rouages de l’université sont ce qui m’a poussé à rejoindre l’initiative.

Comment êtes-vous organisés ?

Céline : Afin de pérenniser le dispositif de parrainage, nous avons décidé qu’un coordinateur « senior » et un coordinateur « junior » feraient vivre le dispositif de parrainage. Pour cela, nous nous répartissons les actions selon nos disponibilités et nos préférences.

Nicolas : Certains « évènements » sont fixes : en fin d’année N, on fait un bilan avec le CDP et les NvMCF de l’année N afin d’améliorer, mettre à jour le livret d’accueil, et de savoir qui souhaiterait parrainer un(e) NvMCF. Dès que l’on a la liste des NvMCF de l’année N+1, on attribue un parrain ou une marraine à chacun(e), qui les contacte en leur transmettant le livret d’accueil. Le jumelage entre marraines/parrains et leurs filleul.e.s. est fait de sorte à ce qu’ils appartiennent à la même composante, à la même UFR, au même laboratoire ou au même site. A la rentrée de l’année N+1, on accueille les NvMCF lors d’un temps d’une journée organisée par le CDP. Nous avons également un entretien avec Françoise Le Fichant, la VP Responsabilité sociale de Nantes Université, afin de discuter de ce qui peut être fait pour améliorer l’insertion des NvMCF dans l’université. Ces évènements sont coordonnés en tandem avec Céline. Au moment du bilan de fin d’année, on demande également qui voudrait prendre la relève, en binôme avec un coordinateur précédent (senior). Les NvMCFs des années précédentes ayant été chargés de responsabilités très tôt, personne n’a souhaité prendre ce rôle et c’est pourquoi nous avons continué cette année.
D’autres évènements sont organisés tout au long de l’année, suivant les envies de chacun, une mailing liste et un groupe WhatsApp permettant à tous de proposer des rencontres plus informelles.

Pouvez-vous nous expliquer ce que vous mettez en place ?

Céline : Dès que la liste des nvMCFs est disponible, nous les contactons par mail pour leur donner le guide à l’attention des nvMCFs pour leur première année à Nantes Université. Ce guide est mis à jour chaque année après avoir échangé avec les filleul.e.s et Clémentine Liogier (Responsable du Pôle Gestion administrative et Financière Enseignants).  Lors de la rentrée, un premier contact a lieu entre marraines/parrains et leurs filleul.e.s autour d’un café. Tout au long de l’année, les marraines/parrains sont présents pour répondre aux questions que se posent leurs filleul.e.s et/ou les rediriger vers la personne compétente.

Nicolas : Le livret d’accueil donne des informations sur les différentes procédures à faire à la prise de poste, mais également sur les possibles aides pour déménager et s’installer sur Nantes. Un point qui me semble important et qui est présent dans le livret porte sur les différentes décharges d’heures dont un NvMCF peut bénéficier pendant les deux années qui suivent sa prise de poste. Ces décharges sont importantes pour garder un bon équilibre enseignement-recherche dès le début et éviter d’être noyé dans la préparation des cours. Le livret permet également de prévenir à l’avance de la journée d’accueil et du séminaire pédagogique organisés par le CDP, afin de pouvoir prévoir à l’avance ces temps importants dans les emplois du temps.
Les rencontres informelles permettent d’échanger sur les différentes pratiques, les différentes formations qui nous ont plu, sur le fonctionnement de l’université… tout comme sur la ville de Nantes et les différents évènements qui s’y passent. Ces rencontres (que ce soit par binôme parrain/marraine-filleul.e.s) permettent parfois de rassurer face à cet environnement qui change entre doctorat/postdoc et MCF.

En moyenne, combien de rencontres organisez-vous et sous quelle forme ?

Nicolas : Les parrains/marraines sont enjoints de contacter et de faire une première rencontre avec leurs filleul(le)s à la rentrée, afin de se présenter et d’expliquer le dispositif. Il y a ensuite normalement une rencontre groupée lors de la journée d’accueil du CDP où les parrains/marraines sont conviés en fin de journée. Dans l’année, il y a une dizaine de rencontres : une ou deux par semestre, organisée à l’avance via la mailing liste et le groupe WhatsApp, qui consistent en un déjeuner ou un goûter pour essayer d’avoir le plus de monde disponible, le reste des rencontres pouvant être organisé dans la semaine principalement par le groupe WhatsApp. Ces rencontrent peuvent se faire à un bar, à un restaurant ou sous la forme d’un cinéma, d’une balade ou de jeux de société.

En quelques mots, quels sont les retours des NvMCF et des parrains/marraines?

Céline : Chaque année, fin avril, nous proposons un questionnaire aux filleul.e.s afin d’évaluer leur expérience et de savoir s’ils souhaitent s’engager en tant que marraine/parrain pour l’année à venir. Les filleul.e.s apprécient la possibilité qui leur est offerte d’obtenir des informations sur le début de carrière, de faire des rencontres et le partage d’expériences.

Nicolas : De manière générale les retours sont positifs : beaucoup ont profité des discussions qu’elles soient en binôme ou de groupe, et le livret d’accueil a d’ailleurs été mis à jour suite à certaines de ces discussions. De plus, un petit groupe composé de MCFs de différentes promos se retrouve assez régulièrement.
Certains ne voient pas l’intérêt d’appartenir au collectif car ils ne sont pas sur Nantes et donc sont loin des évènements qui s’y passent ou car ils sont sur Nantes depuis un temps et sont donc déjà au fait de ce qui s’y passe et ne souhaitent pas participer à un autre groupe, ou même car l’équipe les accueillant suffit à répondre à leurs besoins. L’essentiel pour le collectif est de proposer son aide à tout le monde et vient qui veut.

Et pour conclure, qu’aimeriez-vous partager ?

Céline : Ce dispositif de parrainage constitue pour moi une occasion unique de rencontrer des MCFs nouvellement recrutés dans des disciplines très variées et d’échanger autour de notre métier d’Enseignant-Chercheur mais aussi de rencontrer de nouvelles personnes. C’est très enrichissant !

Nicolas : En plus de l’enrichissement personnel via ces rencontres avec des personnes d’origines très diverses, je me suis trouvé un bon groupe pour des soirées jeux de société. De manière plus « pratique », la rencontre avec un MCF en biologie m’a permis de mettre en place un TP (en thermique), et deux MCFs en Langues Etrangères Appliquées et en Informatique ont également commencé à travailler ensemble par ce biais. 

Outils/Méthodes :

Mise à disposition d’un livret d’accueil réalisé et actualisé par les anciens NvMCF pour les Nouveaux MCF comprenant :
  • des focus sur le guide de l’institution « quelques points de repères à mon arrivée »,
  • des points d’étapes pour la prise de poste
  • des liens vers les documents officiels
  • et des partages d’expériences de situations rencontrées.

Proposition de rencontres :
  • Prise de contact au début de l’été par un parrain ou une marraine et échanges autour d’un café lors de la prise de poste en septembre
  • Intervention lors de la journée d’accueil dédiée au développement pédagogique organisée par le CDP pour présenter le dispositif de parrainage
  • Pot :  dès la première semaine de septembre pour faciliter l’arrivée et partager leurs expériences.

Lien(s) complémentaire(s) :

•   Dispositif de développement pédagogique des Nouveaux MCF
•   Actualités 2021 – Journée d’accueil
•   Actualités 2021 – Séminaires des Nouveaux MCF